Mercredi soir j’ai mangé à Thamel dans un bon p’tit resto avec le nouveau directeur D’APC népal, une grosse association française qui s’occupe d’enfants des rues. Nous avons longtemps discuté, je lui ai raconté, images à l’appui les histoires de KB, Dipak, Manoj et des petits indiens. Cette rencontre a été très enrichissante pour nous deux et notre petite promenade nocturne dans les rues de Thamel  en sortant du resto fut pleine de surprises.

 

1

Nous avons trouvé Rakesh et Bikash (dans le sac) endormis sur un trottoir, nous avons rencontré Manoj complètement abruti par la colle et subjugué par ses photos sur l’écran de mon ordinateur portable. Puis nous avons retrouvé les plastics boys avec lesquels nous avons discutés.

 

Notre travail bien que très différent semble être complémentaire. Nos collaborerons donc à l’avenir dans au moins deux domaines. APC Népal grâce à son équipe de travailleur sociaux assurera le suivit et le soutient (si nécessaire) des familles dont nous parrainerons les enfants et pour ma part je détecterai et signalerai les enfants en danger dans le quartier où je vis et les quartiers voisins de Chétrapati et Thamel.

Et dés le lendemain matin, alors que je passais acheter mon pain pour le petit déjeuner, mon boulanger me signal que deux petits gamins qu’il ne connait pas trainent depuis deux jours devant la superette d’en face et mendient de la nourriture.

Je traine donc devant la supérette en attendant que les deux bouts de choux viennent me solliciter. Quand ils me demandent des biscuits, je leur propose plutôt un repas chez mon amie Anjana qui tient un petit restaurant.  J’arrive à comprendre qu’ils habitent à dix minutes de Thamel avec leur papa et leur maman. Après le repas ils me collent aux basques et me suivent jusque chez Krishna. Je les laisse jouer un peu et leur fixe rendez vous le lendemain à 14H00 pour aller à l’hôpital soigner le plus grand qui à les yeux infectés.

Vendredi matin je jouais au football à Kalimati, de retour à 13H00 Kiran et son frère m’attendaient déjà. Krishna m’a dit qu’ils étaient passés toutes les demi-heure depuis 9 H 00 du matin.

 

2

Douché et rhabillé de pied en cape, Kiran est prêt pour aller à l’hôpital. Ses yeux sont presque totalement fermés.

 

3

Passé sur la balance de l’hôpital Kiran à 10 ans fait 22 kilos pour 1M22 soit la taille moyenne d’un enfant de 7 ans et son petit frère de 8 ans mesure 1m17 pour 18 kilos soit la mensuration d’un enfant de 4ans ½.

 

4

Je les ramène donc chez eux pour expliquer le traitement médical à la maman. La pièce où ils vivent est correcte avec le gaz, l’électricité, des meubles et plein de bibelots de décoration. La grande sœur ignorait que ses petits frères trainaient à Thamel et leur a fait un sermon.  C’est le type d’enfants qui après avoir passé des journées dans les rues se laissent entrainer par un groupe d’enfants des rues, commencent à sniffer de la colle puis finissent par ne plus rentrer dormir à la maison. Si je devais recroiser Kiran et son frère mendiant dans les rues de Thamel, il faudra repasser chez eux avec un travailleur social d’APC Népal. Les services sociaux au Népal sont assurés par des ONG et non par le gouvernement.

 

5

Pour finir par une touche d’optimisme, le sourire d’Ajay, ce soir dans la salle de Paknajol.